Rodolphe Collange             compositeur   artiste sonore   ingénieur du son                              <script><script>

création musicale et sonore

Installations

P.L.U.S (Plan Local d’Urbanisme Sonore) 2015

Regard d’Artiste sur l’Union

Installation sonore Lille 2015. In Regard d’Artiste sur l’Union, métamorphose d’une ville,un quartier à imaginer. SEM ville renouvelée et le Bureau d’Art et de Recherche.

L’Union est l’un des plus vastes chantiers de transformation urbaine d’Europe. La cohabitation entre projets industriels, habitat, tertiaire, commerces dans un souci ambitieux d’écologie nous mènera t-il à une cacophonie indigeste? Ou au contraire, la réussite de ce projet mixte sera source d’harmonie. Des casques audio suspendus au niveau du regard invitent le visiteur à les chausser pour une promenade à pied imaginaire dans le dédale sonore sans limites des activités et sites présupposés de l’Union. La présence fantomatique de l’humain y pose cette angoissante question: qui peuplera l’Union? Et comment? Cette bande son au réalisme sonore indéniable et pourtant improbable, confronte l’auditeur à son expérience de la ville.


P.O.P 2 (Pour un Observatoire Populaire 2) 2013-2014

Le projet propose d’explorer les pratiques culturelles urbaines d’aujourd’hui en compagnie de jeunes habitants de Roubaix, Tourcoing et Wattrelos. Il s’agit de rendre visible ces rencontres par un témoignage audio et visuel dans le cadre d’une exposition d’envergure mêlant photographies, composition sonore et peintures à la Maison de l’Union. L’exposition propose un parallèle entre l’émergence du nouveau quartier de l’Union et le dynamisme des quartiers périphériques.

2013-2014 Groupe Anonyme

bande son de l’expo P.O.P2 que j’ai réalisée à partir des prises de son des rencontres

 

 

 

 

Horizons Lointains

François ANDES / Groupe Anonyme / Fructose / Dunkerque capitale régionale de la culture 2013

Conseil régional du Nord Pas de Calais / Conseil Général du Nord – DSL

Horizons Lointains (H/L) est une exploration sensible du territoire et de l’Histoire de la Communauté Urbaine de Dunkerque et une immersion de l’équipe de création à la rencontre des habitants. La population et le territoire sont le sujet de l’oeuvre, qui a pris la forme d’une installation monumentale et scénographique projetée dans l’espace du mole 1. Cette création a convoqué différentes disciplines au service de sa réalisation ; création textile, design, création sonore et musicale, installation plastique, sculpture, réalisation cinématographique…

A partir de prises de sons réalisées sur des lieux emblématiques du paysage Dunkerquois, j’ai composé la bande son du film Horizons Lointains et sa diffusion au sein de l’exposition.

Horizons Lointains

Plasticien François Andes. Metteur en scène Pascal Marquilly. Chef opérateur Eric Alirol. Compositeur sonore Rodolphe Collange. Directeur technique David Hazebroucq. Décoration, construction Alexandre Herman, Vincent Pécaut. Couturière Mélanie Loisy. Photographe Marc Mounier Kuhn

 

reportage France 3

 

 

 

Pour un Observatoire Populaire. P.O.P 1

Groupe Anonyme / La Condition Publique en partenariat avec le Centre Social Basse Masure 2011-2012.

DRAC Nord Pas-de-Calais / Ministère de la Culture : Programme Plan Espoir Banlieue. ACSE : programme Pratiques langagières. Conseil Régional du Nord Pas-de-Calais

Projet participatif. Les intervenants (peintre, compositeur, journaliste, ethnologue, photographe) accompagnés par un groupe de jeunes habitants constitué par l’équipe du Centre Social Basse Masure, partent à la rencontre des cultures traditionnelles et des personnes les perpétuant: colombophiles, jeu de bourle, associations d’anciens ouvriers de l’industrie textile, combat de coqs… Au cours de ces rencontres, un journal de bord est constitué (photos, vidéos, sons…).
Toujours en collaboration avec les habitants, des extraits du journal de bord sont sélectionnés, des photos sont reproduites en peintures monumentales, une bande son en multidiffusion est composée, pour constituer l’exposition à la Condition Publique.

Des prises de sons effectuées tout au long de ces rencontres, j’ai composé et diffusé en octophonie un reportage sonore de l’expérience vécu par les jeunes au contact de ces cultures populaires traditionnelles.

Quelques courts extraits réduits en stéréo:

____colombophilie

____jeu de bourle

____l’industrie? c’est du passé

 

 

 

 

 

 

 

Déccélérateur de Particules Intimes

GMEA, Centre National de Création musicale / Le Lait, Centre d’Art contemporain / L’Athanor Scène Nationale d’Albi / Bloc GMC « le temps à l’oeuvre » 2006

Suite à une démarche déjà expérimentée avec le GMEA, le « déccélérateur de particules intimes » est un module destiné à s’imbriquer dans l’installation « Vacarme » (GMEA 2003). Quand je compose de la musique, c’est une adresse à l’individu, à son intimité profonde, là où se nouent les paradoxes de la personnalité. Quant je conçois une installation, sa dramaturgie a l’architecture d’une pièce musicale: Il s’agit ici d’un espace scénographique dans lequel le visiteur est invité à y pénétrer seul pour y faire une rencontre expérimentale narcissique; une oeuvre miroir et manipulatrice, interactive et autonome grâce au concours de MAX/msp où interviennent, liés: vidéo / musique et son / visiteur.

 

 

 

DSC_0013[1]

 

 

Vacarme

GMEA, centre national de création musicale / Otonom Kolectiv / photographies Marie Baltazar 2003

Vacarme propose une expérience sur l’individualité, dans sa situation intrinsèque: la solitude. Le dispositif met en place un espace reposant, calme et sécurisé. Le sujet est soumis à l’observation de paysages photographiques et vidéographiques dépeuplés. Il devient un observateur passif, sans but et sans temporalité. Cet état contemplatif est propice au vagabondage de la pensée, détachée de toute fonctionnalité sociale et animale. Le subconscient y prend toute sa place. La pensée se reflète dans le paysage contemplé, le mouvement du regard et de l’ouïe, selon qu’il cherche une vision d’ensemble ou se focalise sur tel ou tel détail, ou se rétracte dans le vide, est lié aux variations de l’esprit. La pensée voyage littéralement dans le paysage, dialogue avec lui. Le moindre mouvement d’idée change la perception du paysage, de même, le moindre changement dans le paysage change le cours de la pensée: un nuage obscurci le ciel, une cloche teinte soudainement au loin, une rafale de vent soulève le sable, une moto traverse la plaine…

En s’inspirant des arts graphiques, de la peinture au cinéma – arts par excellence du paysage –  mais aussi de la scénographie théâtrale pour le conditionnement de l’espace, et enfin de l’expérience de l’espace musical électroacoustique, il est possible d’intervenir sur ce processus de dialogue intime entre l’individu et le paysage. Une tentative plus existentialiste que psychologique, plus poétique qu’analytique.

Le dispositif recrée un espace scénographique, un contexte de quiétude et de solitude susceptible d’inciter et d’amplifier le phénomène de dialogue intime avec les paysages proposés et projetés. Le jeu esthétique des images et sons/musiques, traités en temps réels, jouent directement avec le sujet. en effet, par un procédé secret, un interprète réagit en direct aux attitudes du visiteur…

extrait musical:

____Vacarme